Revue d’effectif: Mathieu Santini

A la suite de nos fameuses expériences sur le clonage de Denis Berckamp (ici) la fibre scientifique a continué de germer dans nos esprits malades. Nous avons réuni le matériel nécessaire pour développer les 2,21 gigawatts, et voyager dans le temps. Emmett Brown l’a fait en 1985. Pourquoi pas nous ?!

Le but de ce voyage: trouver et ramener le frère jumeau et caché de Jacques Santini en 1976. Mathieu Santini.

Mathieu Santini

Ses qualités :

  • Son élocution bien fidèle à celle de son jumeau et  sélectionneur des Bleus, nous permet -nous aussi -de jouer « au Santini ». Pour nous- c’est vrai -c’est sympa, mais dans son nouveau job de prof, pas sûr que cela l’aide réellement à terminer le programme dans les temps.
  • A l’instar de son jumeau Jacques, Mathieu est milieu de terrain défensif polyvalent. Il a du coffre et ne lâche jamais rien. Ces mêmes qualités Jacques en a fait profiter le Calvados en terminant sa carrière de joueur au CA Lisieux. Mathieu, de son côté,  boucle la « boucle Santinienne » en venant, lui, débuter sa carrière au Hastings FC Rots toujours dans le Calvados.

Ses défauts :

  • Il nous vient de l’année 1976 et inévitablement ses références musicales sont de cette époque. Qu’il nous parle abondamment de Neil Young, Peter Tosh ou encore Bob Dylan, passe encore, mais concernant ses interprétations du groupe Boston dans les vestiaires, il faudra que l’un d’entre nous se résolve à lui signifier son incapacité à monter  si haut dans  les aigus…Vraiment…
  • Il a un véritable souci avec Romain Muller (ici) , le petit fils de Gerd Muller. Pour nous,la finale du 12 Mai 1976 c’était il y a maintenant 36 longues années. Pour lui, c’est il y a moins de 5 mois, et il est encore loin d’avoir digéré ces foutus poteaux carrés.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*